Isolation thermique des combles : quels travaux effectuer ?

Isolation thermique des combles

Au plus le temps passe, au plus s’accentue l’obligation de réduire la consommation d’énergies fossiles afin de limiter la hausse des températures dans un avenir proche. Il ne s’agit pas de vivre en dessous du confort thermique raisonnable mais de lutter contre le gaspillage d’énergie. Chaque propriétaire doit donc envisager les travaux nécessaires à l’isolation de la maison qu’il occupe ou qu’il loue.

Une politique énergétique encore plus rigoureuse

En 2015, la France s’est engagée à rejeter, d’ici 2050, 4 fois moins de gaz nocifs pour l’atmosphère. Le 8 novembre 2019, une nouvelle loi est adoptée, la loi énergie-climat qui vise, elle, la neutralité carbone pour cette même date. Deux des quatre axes principaux de cette loi concernent la population à savoir 1° le passage progressif aux énergies renouvelables et 2° la chasse aux habitations mal ou non isolées, classées F et G, qualifiées de passoires thermiques.

Si vous installez un chauffage solaire alors que la maison n’est pas isolée, vous ne rejetez plus de gaz dangereux mais vous ne profitez pas, non plus, de la chaleur de cette énergie propre. La première mesure à prendre est donc d’envisager des travaux de rénovation énergétique pour isoler le bâtiment afin de garder les calories produites à l’intérieur de vos murs. Et puisque 30 % du chauffage s’échappent par la toiture, il est bon de contacter un professionnel pour savoir comment isoler des combles efficacement en profitant des aides financières accordées par l’État.

L’isolation des combles perdus

Les combles sont dits perdus quand l’espace libre entre la toiture et le plancher ne permet pas de se tenir debout, généralement à cause d’une forte pente du toit. Pour isoler les combles non aménageables, il suffit de répandre une couche d’isolant d’une trentaine de centimètres d’épaisseur sur toute la surface du sol. La technique du soufflage, adoptée par les professionnels, consiste à projeter des flocons de laine de verre, de laine de roche ou encore d’ouate de cellulose. Ce travail est vite réalisé et ne nécessite aucune préparation spéciale.

Si vous faites appel à un professionnel pour isoler vos combles perdus, le travail est gratuit pour vous car il est financé grâce au dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie. Ce sont les fournisseurs d’énergie qui paient vos travaux afin que vous consommiez moins et qu’eux ne soient pas sanctionnés. L’État leur impose, en effet, des quotas à ne pas dépasser sous peine d’amendes. Pour bénéficier de cette prime énergie, le professionnel qui effectue l’isolation doit être labellisé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

L’isolation de vos combles aménageables

Si vous disposez de 1m80 au moins entre la toiture et le plancher de vos combles et que la pente du toit dépasse 30 %, vous pouvez envisager d’aménager cet espace pour accroître votre surface habitable. Le travail pour isoler ses combles en vue de les habiter est beaucoup plus complexe. Il consiste à installer une première couche d’isolant entre les chevrons en n’empêchant pas la circulation de l’air. Une seconde couche d’isolant est alors installée puis une ossature sur laquelle est fixée une membrane d’étanchéité à l’air et enfin des panneaux de finitions.

Ce travail n’est malheureusement pas financé en intégralité même si vous faites appel à une entreprise agréée. Plusieurs aides permettent cependant de diminuer fortement le coût de ces travaux réalisés par un artisan RGE, à savoir le crédit d’impôt transition énergétique, la TVA à 5,5 % sur les matériaux et la main d’œuvre au lieu de 20 % ainsi que l’emprunt sans intérêts. Il y a aussi des aides de l’ANAH, l’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat et encore celles de certaines collectivités locales.


Travaux d’électricité : faire appel à un prestataire de confiance simplement en ligne
Dépannage d’urgence Plomberie à Lyon