5 questions fréquentes sur la ventilation des maisons

ventilation des maisons

Nombreux sont les propriétaires à réaliser des travaux afin de faire baisser le montant de la facture énergétique du logement. Ils sont en revanche plus rares à installer un système de ventilation performant. Pourtant, il suffit d’une ventilation insuffisante ou défaillante pour causer de nombreux dégâts sur l’habitation et ses occupants. Vous trouverez dans le texte ci-dessous les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur ce sujet passionnant !

1. Quelle est l’utilité de la ventilation ?

À l’heure de la recherche de la performance énergétique pour les logements, certains s’interrogent au sujet de la ventilation. Cet équipement est-il réellement indispensable ? Il l’est sans aucun doute possible ! Seule la ventilation peut vous garantir la bonne évacuation de l’air vicié et de l’humidité. Sans elle, l’air ne pourra donc pas rester sain durablement à l’intérieur du logement. Pour mesurer son utilité, faites une expérience simple. Prenez une douche bien chaude. Vous constatez la formation logique de buée. Ouvrir une ou plusieurs fenêtres ne sera pas suffisante pour la faire disparaître alors qu’une ventilation performante mettra quelques minutes pour rétablir la qualité originelle de l’air.

Vous avez un projet de rénovation énergétique ? Vous envisagez de remplacer votre ancien système de ventilation ? Prenez alors contact sans plus attendre avec l’un des nombreux artisans se trouvant près de chez vous. Vous pouvez également consulter la page web https://www.lamaisonsaintgobain.fr/guides-travaux/tout-savoir-sur-le-chauffage-et-la-ventilation. Vous y trouverez de nombreuses informations pratiques ainsi que des conseils précieux.

2. Est-elle obligatoire ?

La réponse à cette interrogation est clairement positive ! Tout propriétaire a l’obligation de doter son logement d’un système de ventilation. Il s’agit même d’une disposition relativement ancienne puisqu’elle date tout de même de 1969. Pour en savoir davantage, veuillez prendre connaissance de l’arrêté du 22 octobre 1969. Ce texte impose l’installation d’un dispositif de ventilation, peu importe son type (soyez patient, vous en saurez plus dans un prochain paragraphe). Il prévoit également que des entrées d’air soient placées en direction des sorties d’air présentes dans certaines pièces particulièrement exposées comme la salle de bains ou encore la cuisine. Bien entendu, le législateur a mis à jour ce texte ancien. Vous pouvez par exemple vous référer à l’arrêté datant du 24 mars 1982 qui impose différentes règles, à commencer par un débit d’air minimal en fonction de la taille du logement.

3. Comment diagnostiquer un problème de ventilation ?

Plusieurs signes relativement aisés à identifier doivent vous alerter au sujet d’un éventuel défaut de ventilation. Parmi les plus fréquents, on retrouve notamment :

  • De la buée se forme régulièrement sur les vitres ;
  • Des traces de moisissure sont visibles ;
  • Une odeur persistante envahit le logement ;
  • Le papier peint ou la tapisserie se décollent ;
  • La peinture commence à s’écailler.

N’hésitez pas non plus à mesurer fréquemment la qualité de l’air intérieur à l’aide d’un équipement spécifique. Idéalement, le taux d’humidité, également appelé hygrométrie, doit se situer entre 40 et 60 %

4. Quels sont les différents types de ventilation ?

Il existe deux grandes familles pour les systèmes de ventilation domestique. La première regroupe toutes les solutions « naturelles ». Plus concrètement, il s’agit de bouches d’aération judicieusement disposées. Elles vont en revanche avoir un impact négatif sur la consommation d’énergie du logement. L’autre famille rassemble les systèmes mécaniques. Vous avez déjà sans doute entendu parler de la VMC (ventilation mécanique contrôlée). Ce dispositif performant est assurément le plus répandu. Il permet l’aspiration et le remplacement de l’air vicié. Cependant, vous auriez tort de penser que seule la VMC peut vous être utile. Il existe en effet bien d’autres modèles moins connus du grand public. Si vous souhaitez obtenir des informations complémentaires, lancez des recherches au sujet de la ventilation à simple et à double flux, de la ventilation mécanique par insufflation (VMI) ou encore de la ventilation mécanique répartie (VMR). Le plus délicat sera finalement de faire un choix parmi toutes les options à votre disposition !

5. Comment l’installer ?

Même si vous êtes un as du bricolage, la plupart des experts s’accordent à penser que cette opération doit être confiée de préférence à un spécialiste. Pour mettre tous les atouts de votre côté, optez uniquement pour un artisan se trouvant à proximité de chez vous. Il lui faut également posséder la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Ce label vous assure la bonne formation des intervenants pour votre projet d’installation d’un système de ventilation.

4 choses à savoir avant d’installer un climatiseur chez soi
7 astuces pour cacher des fils électriques chez soi