Mais… il y a un parquet sous ce vieux lino !

Quand on arrive dans un nouvel endroit, maison ou appartement, que l’on soit propriétaire ou locataire, on a toujours quelques surprises, notamment sur les revêtements de sol. Hello Brico vous explique comment sauver un parquet oublié.

Rénover un parquet : s’armer de patience

Bon, il faut bien le dire, tout ce qu’on lit sur la rénovation du parquet est plutôt décourageant. Rien de compliqué, mais des opérations qui prennent du temps, et quand on est du genre pressé c’est rageant.

La première chose à faire quand on découvre du parquet sous une moquette ou un lino, c’est de vérifier son état. S’il y a des traces de colle il va falloir poncer en profondeur, voire décaper, mais dans le cas où le lino n’a été collé qu’à l’aide de scotch double-face sur le pourtour de la pièce, ce qui fait que le parquet semble plutôt en bon état.

On a trouvé une astuce pour savoir si le parquet a été ciré ou vernis (si comme moi vous êtes incapable de le dire à l’œil nu) : il faut le poncer légèrement avec du papier de verre. La cire devrait laisser des traces noires sur le papier de verre, tandis que le vernis va s’effriter en poudre. C’est important de savoir ce qu’il y a eu sur votre parquet pour savoir comment le traiter par la suite. Néanmoins, quelle que soit la finition pour laquelle vous allez opter, les opérations de préparation sont les mêmes.

Rénover du parquet dans les règles de l’art

Après avoir inspecté le parquet et vérifié qu’il était en bon état (il faut remplacer les lames que vous jugez trop abîmées) il faut le poncer sur toute sa surface avec du papier gros grain. Cela permet d’obtenir une surface propre et uniforme. Nettoyez-le ensuite avec un tissu légèrement humide (mais attention à ne pas noyer votre parquet qui n’aimerait pas ça du tout).

Une fois que la surface est prête à être travaillée, vous pouvez vous préoccuper de la finition. En gros vous avez 3 possibilités :

La vitrification

La vitrification permet de protéger durablement le parquet contre les agressions comme les taches, les chocs, les rayures et l’usure. Elle est économique et facile d’entretien. Elle fait en deux couches et il est généralement conseillé de passer une couche de fond dur avant (c’est-à-dire une primaire d’accroche).

La cire

La cire est un peu la finition ultime pour le parquet. Elle dégage une odeur incomparable et elle est très esthétique. Seulement un parquet ciré est moins résistant qu’un parquet vitrifié et il demande plus d’entretien. La cire est facile à appliquer avec un pinceau. Après séchage il faut ensuite la lustrer avec un chiffon en coton pour que le parquet soit bien brillant.

L’huile

L’huile est très efficace pour protéger le bois contre les taches, mais c’est irréversible, puisque l’huile imprègne les fibres du bois en profondeur. De plus cela nécessite un entretien régulier : tous les 6 mois il faudra repasser une couche d’huile sur votre parquet.

Quel que soit le choix de finition que vous ferez, le mieux est quand même d’éviter de faire subir les pires horreurs à votre parquet par la suite. Une bonne astuce est de placer des patins en feutre sous vos pieds de meubles pour ne pas faire de rayures. Et puis essayer de ne pas renverser des trucs dessus c’est toujours bien.

Et si vous construisiez un abri de jardin ?
Les outils indispensables du parfait bricoleur