Comment choisir sa clôture occultante ?

Choisir sa clôture occultante

Dans une propriété, l’espace a besoin d’être délimité. En alliant la décoration au fonctionnement, les clôtures occultantes séparent, protègent du vent ou des regards indiscrets. Les barrières sont exposées dehors, parfois au cœur de la verdure, aux alentours du jardin. Parfois, leur décoration, leur couleur permet de mettre en valeur la végétation. Découvrez les différents types de clôture en vogue sur le marché !

Comment choisir sa clôture ?

Les abris occultant sont des structures de séparation d’une maison individuelle. Il existe une variété de protection pour séparer une propriété. Il y en a qui choisis des brises vues en PVC, en métal ou en bois, des claustras pour être à l’abri des regards indiscrets, ou des grillages en métal rigide pour les grands espaces. Le choix de l’installation du mur dépend en partie des menaces et accidents de la vie courante entre le voisinage ou les passants et une protection contre les actes malveillants tels que le vandalisme ou le cambriolage. Dans un quartier résidentiel situé dans un espace privé, le choix des clôtures et portails font partie d’un accessoire de décoration. De ce fait, il n’est pas nécessaire d’installer de grandes enceintes. Les propriétaires misent sur le côté esthétique avec le minimum de protection. On peut voir des barreaudages de faible hauteur, des haies traditionnelles en bois, des claustras et un petit mur de grillage. Pour vous aider à faire un choix et limiter votre espace de vie, n’hésitez pas à consulter la rubrique spécialisée sur les clôtures PVC.

Les critères d’usage

Avant d’installer votre clôture, vous devez vous renseigner sur les réglementations d’usage imposées par la législation locale dans votre quartier. Pour cela, vous devez consulter la mairie et le plan local d’urbanisme. Ce document devrait fixer les règles générales et les servitudes d’utilisation des sols, délimite les zones urbaines et les zones naturelles ou agricoles ou forestières à protéger et définit, en fonction des circonstances locales, les règles concernant l’implantation des constructions. Et c’est à partir de ce document cadre et le conseil d’un professionnel que vous fixez le matériau à utiliser, la dureté du clôture, la hauteur, les modalités d’installation, la durée de vie, l’utilisation du mur de séparation, la longueur et la forme, le côté esthétique et le budget alloué à l’installation ou à l’extension. Dans le cas où votre Commune ne dispose pas de PLU, vous devez vous référer au règlement national d’urbanisme, qui est disponible à la préfecture. En cas d’absence de ce document, la règle de constructibilité limitée s’applique.

La meilleure clôture du marché

Quel que soit le choix que vous aurez à installer. Il existe des matériaux qui séduisent un bon nombre de consommateurs tels que le bois, le matériau composite, les clôtures PVC et l’alu :

– la clôture en bois convainc les utilisateurs par son look traditionnel et intemporel. Coloré en blanc ou vernissé, le bois reste le meilleur choix pour la clôture de jardin. Ils sont esthétiques, modulables et constituent un support de rêve pour les plantes grimpantes. En revanche, le bois est moins fragile et redoute le choc extérieur ;

– la clôture en PVC ou en PVC combiné avec de l’aluminium ou des matériaux composites emprunte l’aspect esthétique du bois. Le matériau est plus rigide et offre une durée de vie assez conséquente. En plus, elles sont faciles à installer et à entretenir ;

– la clôture en métal revêt la forme d’un grillage ou le système de barreaudage. C’est le matériau le plus solide et facile à entretenir. Pour que ses clôtures soient occultantes, on les rajoute une haie naturelle pour limiter les regards indiscrets, une canisse ou une brande.

Les dernières recommandations

Si on n’est pas connaisseur, il convient de bien se renseigner sur les contraintes techniques d’installation des abris de séparation. Premièrement, avant de choisir la clôture, il convient de visiter sa propriété, faire un constat de la longueur et de la nature du sol. Si votre sol est sablonneux, ou argileux, il convient de revoir votre budget s’il y a des coûts supplémentaires à rajouter. Deuxièmement, il faut définir l’objectif et la finalité de la clôture. Ce genre de critère fait référence à la relation avec le voisinage et des personnes vivant à l’extérieur. Troisièmement, il faut définir l’usage de la séparation. Si son rôle est d’empêcher les animaux nuisibles à détruire votre végétation, il n’est pas nécessaire de faire des gros travaux de construction. De même que pour marquer la délimitation de votre propriété, il convient d’utiliser le système de barreaudage, qui coûte moins cher. Ensuite, il faut définir les périodes et les accessoires d’entretien nécessaires pour conserver la clôture. Si vous avez des dons de bricoleurs, il n’est pas nécessaire de refaire tout le travail. Par contre, selon la nature de votre pose, il convient de faire des petites réparations et entretien comme le renouvellement des peintures, la vérification des fixations, et l’enceinte lui-même. Enfin, il faudrait comparer les offres de barrière avant d’établir un budget. 

Achat de gazon synthétique : trouver un fabricant français en ligne
Réglementation française sur l’installation d’éoliennes personnelles dans les jardins